Dans les coulisses du passage frontière de Bâle / Weil am Rhein Autoroute

Plus de 3400 poids lourds et 15 000 voitures de tourisme traversent chaque jour le passage frontière de Bâle / Weil am Rhein Autoroute. Forum D. a jeté un coup d’œil dans les coulisses du plus grand passage frontière autoroutier de Suisse et a observé, le temps d’une journée, le travail de divers collaborateurs de l’Administration fédérale des douanes (AFD).

26.11.2019, Ramona Schafer

Heinz Keller, réviseur de douane au bureau de douane de Bâle / Weil am Rhein Autoroute, est assis dans la petite cabine de dédouanement chauffée, tandis qu’il pleut à grosses gouttes. De l’autre côté de la vitre, le camion suivant s’avance et s’arrête à hauteur de Heinz Keller. Le réviseur de douane examine d’un œil expert le bulletin de transit tendu par le chauffeur pendant que ce dernier introduit dans l’appareil TT rapide, fixé à la cabine, les données nécessaires à la perception de la redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations. En contrôlant ces données, Heinz Keller constate une erreur sur laquelle il essaie d’attirer l’attention du camionneur via l’interphone. Le routier ne parle cependant ni l’anglais ni l’une des quatre langues nationales suisses. Comme le souligne le réviseur de douane, la barrière linguistique constitue généralement le plus gros problème.

Cela n’est guère surprenant lorsqu’on sait que ce ne sont pas moins de 3400 camions qui franchissent quotidiennement la frontière suisse dans les deux sens. Dans sa cabine de dédouanement, Heinz Keller s’occupe des camions qui sont vides ou qui transitent par la Suisse. Les chauffeurs de poids lourds transitant par la Suisse peuvent emprunter la voie réservée à cet effet et liquider les formalités douanières sans descendre de leur véhicule. Malgré cela, il est impossible d’éviter tout contact avec les collaborateurs de l’AFD.

Ausblick Einfuhr-Seite in Basel Weil/Autobahn
Entrée en Suisse: à gauche, la voie de transit; à droite, la place de stationnement réservée aux camions transportant des marchandises à dédouaner

Quelques véhicules plus tard, un nouveau cas intéressant se présente. Il s’agit cette fois d’un chauffeur qui a décidé d’emprunter la voie de transit, alors que son camion achemine des marchandises devant être dédouanées au guichet. Le routier ne parle pas l’anglais et ne comprend donc pas ce que Heinz Keller tente de lui expliquer via l’interphone. Ce dernier décide alors de sortir de sa cabine, car il est parfois plus simple de régler les choses à l’extérieur.

Heinz Keller kontrolliert Transitschein
Heinz Keller, collaborateur de l’AFD, contrôle un bulletin de transit.

Dans le salon du camionneur

Quelques mètres plus loin, Stéphane Gross et Ramon Aebischer se trouvent justement dans la cabine d’un autre camion, dont ils fouillent le sol, les sièges et tous les compartiments. Les deux assistants de douane doivent en effet vérifier si les données relatives par exemple à la quantité ou au genre de marchandises transportées sont exactes et si le véhicule contient également des marchandises non déclarées. Ils découvrent souvent de l’alcool ou des cigarettes de contrebande, parfois même des armes prohibées.

La fouille de la cabine constitue toujours une intrusion dans la sphère privée du camionneur. C’est pourquoi les collaborateurs de l’AFD portent des gants et des couvre-chaussures. Il vaut mieux ne pas salir le siège du conducteur, et ce d’autant plus que, pour bon nombre de routiers, la cabine d’un poids lourd est l’équivalent du salon d’une habitation.

Après la cabine et le capot du moteur, les assistants de douane contrôlent la remorque. Le camion transporte deux machines de chantier. On voit au premier coup d’œil que la sangle d’arrimage est déchirée. La garantie de la sécurité routière fait également partie des tâches de la douane suisse. Avant de pouvoir reprendre la route, le chauffeur devra donc remplacer la sangle déchirée.

Stéphane Gross untersucht LKW
Stéphane Gross examine le capot du moteur d’un poids lourd.
gerissene Sicherungsgurte
Sangles d’arrimage déchirées ou pire encore: les collaborateurs de l’AFD vérifient également si les véhicules offrent toutes les garanties de sécurité nécessaires.

Voiture après voiture

La plupart des automobilistes ne se rendent pas compte des nombreux contrôles de camions qui sont effectués juste à côté de l’autoroute. Ils sont 15 000 en moyenne à entrer chaque jour en Suisse en franchissant le passage frontière couvert de Bâle / Weil am Rhein Autoroute. Aujourd’hui, ce sont notamment les gardes-frontière Chiara Salathé et Janosch Ott qui décident si une voiture peut passer tout droit ou si elle doit s’arrêter.

Chiara Salathé se tient sur le bord de la route et regarde brièvement chaque véhicule, qui roule au pas. Parfois, elle fait signe au conducteur de s’arrêter, jette un coup d’œil dans l’habitacle et demande aux passagers où ils ont l’intention de se rendre et s’ils ont des marchandises à déclarer. Soudain, on l’appelle de l’autre côté de la route pour contrôler la voiture d’un homme qui indique ne pas savoir quelle quantité de viande il transporte. Et voici ce que Chiara Salathé découvre dans le coffre du véhicule en question: 5 kilos de viande, alors que la franchise quantitative est fixée à 1 kg. Cette fois, le conducteur ne sera pas puni d’une amende. Il devra seulement s’acquitter des redevances dues.

Chiara Salathé im Einsatz
Chiara Salathé n’a que quelques secondes pour décider si un véhicule et ses passagers lui paraissent suspects ou non.
GWK kontrolliert Auto
S’ils ont des soupçons, les gardes-frontière examinent le véhicule en détail.

Chiara Salathé et Janosch Ott soulignent tous deux qu’il faut aimer son prochain pour embrasser la carrière de garde-frontière. Au passage frontière de Bâle / Weil am Rhein Autoroute en particulier, les gardes-frontière assument en effet non seulement des tâches policières, mais aident également les conducteurs en répondant à leurs questions ou en résolvant leurs problèmes.

Le contrôle suivant de Chiara Salathé et de Janosch Ott porte sur un véhicule transportant plusieurs passagers. Ces derniers affirment vouloir rester quelques jours en Suisse. Chiara Salathé a des doutes lorsqu’elle constate que les occupants de la voiture n’ont pratiquement pas de vêtements avec eux. Pour s’assurer que les passagers disent la vérité, elle procède donc à un contrôle du véhicule avec son collègue. Cette fois, les gardes-frontière ne trouvent rien d’inhabituel, et la voiture peut donc poursuivre sa route.

La diversité du trafic constitue une particularité du passage frontière de Bâle / Weil am Rein Autoroute. Comme le dit Chiara Salathé, «tout est possible ici. On ne s’ennuie jamais.» Janosch Ott abonde en son sens: «on pense avoir fait le tour de la question, mais chaque jour réserve son lot de surprises.»

https://www.ezv.admin.ch/content/ezv/fr/home/documentation/publications/forum-d---le-magazine-de-la-douane-suisse/nah-dran/grenzuebergang-basel-weil-am-rhein-autobahn.html