«Le chemin le plus court entre deux points, c'est le sourire»

Le vendredi 22 juin 2018, 10 aspirantes et 42 aspirants gardes-frontière ont été assermentés à la collégiale de Berne. Le conseiller fédéral Ueli Maurer et le directeur de l'Administration fédérale des douanes Christian Bock ont abordé à cette occasion les thèmes du sourire et de l'importance des erreurs.

27.06.2018, Alex Josty  

588x368_GWK_Juni_2018_293

Le chef du Corps des gardes-frontière, le brigadier Jürg Noth, a souhaité la bienvenue au sein du Corps des gardes-frontière aux 52 aspirantes et aspirants. Il leur a expliqué ce que signifie appartenir au Cgfr: en prêtant serment ou en faisant une promesse solennelle, les aspirants témoignent publiquement et solennellement de leur fidélité à la Suisse et à la population. Des obligations y sont liées. Ils doivent notamment faire preuve de flexibilité et apporter leur contribution personnelle aux changements à venir. Cependant, même en période de changement, le mandat reste le même: assurer la sécurité globale.

«Faites des erreurs, soyez contrariés et parlez-en!»

Le directeur de l'AFD, Christian Bock, encourage les nouveaux gardes-frontière à profiter au maximum de cette journée qui leur est dédiée. Il a ensuite abordé le thème des erreurs, en rappelant qu'elles sont indispensables pour aller de l'avant. Pour être honnête avec soi-même, il faut être contrarié par ses erreurs et en assumer les conséquences. Parler des erreurs – ce qui est loin d'être évident – permet d'éviter de les répéter. Le directeur a encouragé les personnes présentes à persévérer après une erreur et à tirer parti des erreurs. Il a cité à cet égard l'invention de la dynamite, du four à micro-ondes et du Post-it, dont la colle a été découverte par hasard lors de la production d'un puissant adhésif. Il a conseillé aux participants de développer une passion pour leur métier et leur AFD et de commettre des erreurs. Pour conclure, il a exprimé le souhait que les nouveaux gardes-frontière repensent à ses paroles la prochaine fois qu'ils utiliseront un Post-it.

«Je suis très fière d'être désormais garde-frontière et plus aspirante!»

Trois participants issus des trois régions linguistiques sont revenus sur la formation. Clarissa Taiana du Tessin était particulièrement fière de pouvoir laisser tomber le terme d'«aspirante» et de pouvoir enfin dire «je suis garde-frontière». Elle estime qu'au cours de cette année de formation, les aspirants ont beaucoup appris individuellement, mais aussi en tant que groupe: «Nous avons remarqué que nous avons les meilleurs résultats lorsque nous travaillons en équipe, lorsque nous ne pensons pas tous de la même façon mais que nous tirons parti des qualités de chacun afin d'atteindre l'objectif». Alexandra Högger de Suisse alémanique a parlé de l'endurance et de l'autodiscipline requises, tant en salle de sport que sur les bancs de l'école. Elle a été particulièrement marquée par le module de formation «Sécurité et technique d'intervention», consacré notamment au danger, au respect et à la proportionnalité. Le Valaisan Alexandre Monney a témoigné de son sentiment initial d'insécurité et de ses craintes lors de son arrivée, seul, à Liestal. Au cours de la formation, il a rapidement appris à assumer des responsabilités, à développer ses connaissances, mais aussi à être ponctuel. Dans le même temps, les membres du groupe ont développé des liens et un esprit d'équipe. Alexandre Monney a établi un parallèle avec le comportement du loup: animal souvent solitaire, celui-ci forme une meute pour chasser. Il a conclu son intervention par une citation de Henry Ford: «Se réunir est un début; rester ensemble est un progrès; travailler ensemble est la réussite.»

«Je suis toujours derrière vous. Mais s'il le fallait, je me mettrais devant vous»

Le conseiller fédéral Ueli Maurer a félicité les nouveaux gardes-frontière et affirmé que c'est toujours un grand honneur pour lui d'assister à une assermentation. Il est fier et touché de rencontrer des jeunes gens qui exercent leur métier et mènent leur vie avec passion. Il a remercié les familles et les partenaires pour la patience dont ils doivent faire preuve en tant que proches d'un garde-frontière. Le conseiller fédéral s'est souvenu d'un cours de mathématique où il avait appris que la ligne droite est le chemin le plus court entre deux points. Si cela est certes correct sur le plan logique, il estime que chez les êtres humains, le chemin le plus court, c'est le sourire, qui permet un bon contact avec les gens et détend l'atmosphère. Il a encouragé les nouveaux gardes-frontière à trouver le bon équilibre entre la ligne droite – la pensée logique – et le sourire. Ueli Maurer a souligné sa fierté en concluant sur ces mots: «Je suis toujours derrière vous. Mais s'il le fallait, je me mettrais devant vous».

Le Corps de musique de la douane de Bâle a assuré l'accompagnement musical de la cérémonie d'assermentation, sous la direction de David Weber.

Photos de la cérémonie d'assermentation

https://www.ezv.admin.ch/content/ezv/fr/home/documentation/publications/forum-d---le-magazine-de-la-douane-suisse/events/gwk-vereidigung-juni-2018.html